Archive for octobre, 2009

Satisfaction

23 octobre 2009

L’information selon laquelle Jean Sarkozy renonce a briguer la présidence de l’EPAD est naturellement une excellente nouvelle. Non par mépris pour la personne (je me soucie de Jean Sarkozy comme d’une guigne) mais parce que cette affaire a démontré que le pouvoir en place pouvait changer de stratégie face au mécontentement de ses propres électeurs.

Cette nouvelle reflète sans aucun doute le fait que cette affaire a outré l’électorat de Droite. Je ne connais personne autour de moi qui ait pu penser ou dire avec aplomb qu’un jeune homme de 23 ans sans profil scolaire d’exception ni expérience professionnelle majeure aurait pu légitimement prendre un poste d’une telle responsabilité.
Personne, a part les responsables politiques de droite qui auront dans cette histoire fait preuve de leur servilité empressée… l’on attendait des ministres qu’ils se conduisent en serviteurs de la nation, ils ne se sont conduits qu’en laquais du pouvoir.

Je ne suis pas naïf au point d’oublier que Jean Sarkozy siégera encore au conseil d’administration de l’EPAD, ni que ce dernier sera encore dirigée par l’UMP. L’on pourrait se demander quel victoire il y a réellement a voir Jean Sarkozy, sur la simple mention de son nom, préparer une carrière a l’ombre de la stature de son Père…
Mais au moins évitera-t-on les accusations trop évidentes de népotisme. Respecter les apparences en politique est parfois le signe que les règles ne sont pas si brisées, comme la politesse, en ce qu’elle feint les règles du savoir-vivre, offre au moins l’apparence du respect d’autrui.

Qu’importe ! L’objet de satisfaction est dans le fait que le pouvoir a plié. Je formule le vœu que devant ce mécontentement manifeste qui a réussi a changer le cours des choses, le peuple de Droite se mobilise pour faire advenir une politique qui lui convienne, tant il semble évident aujourd’hui que le pouvoir en place n’a pas tenu les engagements qui étaient les siens lors de la campagne de 2007 et sur lesquels il a été élu.

Je fais ce rêve d’un pouvoir qui tiendrait ses promesses. Je peux rêver encore longtemps.

Publicités

Ut Unum Sint… Le remake ?

21 octobre 2009

Davantage qu’un billet sur un sujet ardu sur lequel les compétences me manquent, je vous propose une revue de presse, concernant la proposition du Saint Père aux Anglicans « conservateurs » de rejoindre l’Eglise Catholique. (L’adjectif « conservateur » est absolument discutable, mais c’est celui qui vient le plus facilement a l’esprit).
Je pense que cette nouvelle sera peu discutée en France, compte tenu du faible intérêt pour les questions religieuses non polémiques (il n’est ici question ni du voile islamique, ni d’abus de mineurs…).

Cependant, dans un pays ou les Catholiques pratiquants ont dépassé en nombre les Anglicans pratiquants, cette nouvelle est loin d’être aussi insignifiante qu’il n’y parait. Rappelons que le Souverain anglais est aussi le « Défenseur de la Foi » (« Defensor of the Faith » ou « Fidei Defensor ») depuis le schisme d’Henry VIII (bien décidé a quitter Catherine d’Aragon pour enfin avoir un héritier mâle… sans succès).

Cette proposition, qui porte un coup indirect a l’Anglicanisme, n’est donc pas sans impact social ni institutionnel de ce coté-ci de la Manche. L’on comprend mieux devant l’éclatement des communautés anglicanes, la tentative du Prince Charles il y a quelques années d’ériger le souverain en « Défenseur de la foi » (Defensor of Faith) excluant la notion même d’objet pour cette foi !

L’essentiel de ces articles est rédigé en anglais, puisque l’offre vaticane concerne les communautés anglicanes du Royaume-Uni, du Commonwealth et des USA (ou elles prennent parfois la dénomination d’Eglises Episcopaliennes, encore que des nuances seraient a apporter a cette confusion). Je compte mettre a jour cette revue de presse avec les articles les plus pertinents, au cours des jours a venir.

Pour résumer et simplifier presqu’au contre-sens, on retiendra que les « Anglicans Conservateurs » sont invités a rejoindre l’Eglise Catholique sous un régime particulier en matière de culture religieuse, de liturgie et de formation de son clergé. Cette proposition vient consacrer l’éclatement entre les communautés libérales et conservatrices anglicanes, dont les points de tension interne sont -en autres- l’ordination de femmes (prêtre ou évêque) ou des sujets de nature morale (divorce ou comportements sexuels).

Dans un souci d’information, on retiendra avant lecture que les communautés Anglicanes sont aujourd’hui dirigées par le révérend Dr Rowan Williams, personnage controversé pour ses prises de positions audacieuses, notamment en matière de communication, et son incapacité a réduire des fractures grandissantes au sein de son Eglise.

http://www.catholicherald.co.uk/articles/a0000669.shtml
http://www.timesonline.co.uk/tol/comment/faith/article6883151.ece
http://www.timesonline.co.uk/tol/comment/faith/article6883609.ece
http://www.archbishopofcanterbury.org/2572#
http://www.nytimes.com/2009/10/21/world/europe/21pope.html?th&emc=th
http://www.lefigaro.fr/international/2009/10/22/01003-20091022ARTFIG00008-le-vatican-ouvre-ses-portes-aux-anglicans-mecontents-.php

Droite d’hiver

13 octobre 2009

Ou « Pourquoi je ne voterais pas en faveur de la droite actuelle lors des prochaines élections et pourquoi je m’apprête a appeler autour de moi a en faire tout autant ».

Je sais bien, moi non plus, je n’aurai jamais cru cela de moi. Un appel a ne pas voter a droite. Moi qui ai toujours voté comme un bon soldat depuis ma majorité il y a 15 ans… Ne plus voter a droite ? Mais pourquoi ? S’agit-il d’une soudaine conversion a l’idéologie communiste ? A la révolution Besancenotiste ? Ou, pire encore, a la séduction centriste ou a la tentation extreme-droitiste ?
Que nenni ! J’appelle a ne plus voter pour la majorité actuelle car je crois sincèrement que c’est aujourd’hui la seule manière de voir les valeurs de Droite gouverner notre pays.

La contradiction n’est qu’apparente: depuis 2 ans et demi l’actuel gouvernement qui se prétend de droite, n’a fait qu’appliquer des actions en contradiction avec les convictions de son électorat. Les exemples sont nombreux, autant économiques (non remise en cause des 35 heures, réforme a minima des problématiques de retraites, explosion de la dette publique) que politiques (réforme des collectivités locales, ouverture a gauche, relativisme moral).
Je sais bien que militer c’est adhérer a une cause imparfaite. Mais le hiatus entre les actes et les valeurs m’apparaît tel qu’il m’est impensable de ne pas réagir.
Pour ma part, la nomination récemment annoncée de Jean Sarkozy a la tête de l’EPAD constitue la bêtise de trop. Celle qui prouve le souverain mépris de notre gouvernement pour ses électeurs. Et c’est elle qui me pousse aujourd’hui a rédiger ce billet.

Je sais pertinemment l’utilité politique de cette nomination de convenance, magistralement éclairée par Authueil, ici. Néanmoins, je m’insurge, car elle montre un peut trop crûment le fonctionnement d’une mandature qui n’a que faire des valeurs que ses électeurs lui ont confiées. Comme je l’ai écrit par ailleurs, il m’est difficile de lire dans cette nomination népotique, l’apologie des valeurs de travail, de mérite ou d’efficacité que l’UMP cherche a brandir dans la société française d’aujourd’hui.

Alors il est temps d’agir. Parce que je crois que l’action politique ne saurait être jugée (c’est-à-dire appréciée ou sanctionnée) que par le vote, il faut saisir cet instrument en notre faveur.
Et menacer, crument, violement, de ne pas voter demain tant que les actes d’aujourd’hui ne seront pas en conformité avec nos valeurs de toujours. Et se mobiliser, et mobiliser autour de nous, pour annoncer que l’on ne laissera pas impunie une telle incurie.

Jean Sarkozy est sans doute un bon garçon, et surement un bon fils, mais puisqu’il apparaît inconcevable qu’il occupe la présidence de l’EPAD, ce sera notre premier combat pour nous faire entendre.
Soit ce poste est honorifique, et dans ce cas, je souhaite qu’on le supprime, en illustration de la réforme d’un état pléthorique. Soit il est d’influence, et dans ce cas, il doit revenir a une personnalité politique dont l’expérience et la légitimité sont indiscutables.
Dans les deux cas, Jean Sarkozy ne saurait occuper ce poste.

Je sais que c’est un combat illusoire, et dangereux sans doute. Parce que la manœuvre vise au cœur du système : par le nom, par l’argent, par le compromis… pour tout dire, par le sang. Mais la fin du mépris des valeurs de Droite par un gouvernement qui s’en réclame, passe par ce bras de fer symbolique.
Si nous le perdons, il nous faudra alors nous résoudre a ne pas voter demain pour les menteurs qui abusent de notre crédulité et de notre lâcheté pour survivre au cœur d’un pays en lent déclin.

Je ne sais que trop bien que cet appel prend le risque de voir gagner une équipe de Gauche aux prochaines élections. Cependant, au-delà du fait que je n’ai jamais vu en des « adversaires » politiques des « ennemis » de la Nation, je crois que le remplacement d’une génération d’hommes politiques incapables de mettre leurs actes en cohérence avec leurs convictions est de nature a améliorer le pays a long terme.

« Gouverner, c’est prévoir » dit-on, et la réussite est une entreprise de long terme. L’action politique a ses hauts et ses bas, et même si elle ne vit pas toujours sur les sommets, il n’est pas non plus une fatalité qu’elle s’abîme dans la bassesse.
C’est pourquoi il faut avoir confiance en notre pouvoir démocratique pour réclamer notre part de la vie politique du pays, au risque que la coïncidence de nos convictions et de l’action politique prenne plus de temps. C’est qu’il faut parfois prendre le risque de traverser l’hiver pour voir éclore le printemps.

Foutage de Gueule

12 octobre 2009

Pour faire suite a l’affaire « Jean Sarkozy », quelques citations amusantes d’une interview entre Xavier Bertrand, patron de l’UMP, et le journal Le Parisien, tirées de l’article suivant :
http://www.leparisien.fr/politique/xavier-bertrand-l-affaire-mitterrand-est-terminee-12-10-2009-670997.php

Citation:
– XB : Plus que jamais, nous devons montrer aux Français que nous restons concentrés sur leurs priorités, fidèles à nos valeurs. […]
– LP : Quelles sont ces valeurs ?
– XB : Le travail, le mérite, l’effort, l’entreprise […].

Et un peu plus loin :
– LP : Dans notre journal hier, l’ex-juge Eva Joly a dénoncé l’accession prévue de Jean Sarkozy à la tête de l’établissement gérant le quartier d’affaires de La Défense…
– XB : Que souhaiterait-elle, le condamner à l’exil parce qu’il s’appelle Jean Sarkozy ? Le début du parcours de Jean est dû à une seule chose : l’élection. Il n’y a rien de plus noble que la confiance des électeurs. Voilà sa légitimité et, aujourd’hui, il veut se consacrer à fond à son département.
Fin de citation.

Mon Dieu, quelles couleuvres doit-on avaler lorsque l’on est homme politique ! Ou alors, quelle souplesse d’échine dans les convictions… Je crois que je préfère encore que l’on reste droit dans ses bottes quand tous vous tombent dessus.

Non mais ca va pas bien ?

8 octobre 2009

Un coup de gueule en réaction a la nouvelle selon laquelle Jean Sarkozy deviendrait le patron de l’Etablissement Public d’Aménagement de la Défense (l’EPAD).
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/10/08/01011-20091008FILWWW00385-jean-sarkozy-patron-de-la-defense.php

Oui vous avez bien lu : l’on parle de Jean Sarkozy, 23 ans, sans diplôme connu, sans scolarité d’exception, ni expérience professionnelle majeure ou prolongée (ce qui n’est pas déshonorant compte tenu de son âge) qui prendrait la direction de l’organisme public gérant la plus grande zone économique d’Europe…

Une zone dont les problématiques sont telles que le dernier rapport en date sur le sujet a requis les compétences d’un Préfet, Directeur d’une des plus grandes administrations centrales de France, alignant une trentaine d’années d’expérience professionnelle sur les problématiques d’aménagement du territoire, et toute une carrière au service de la Nation…

Une zone dont l’importance est telle qu’elle était dirigée jusqu’à présent par un ministre (un serviteur de la nation, au sens premier du terme) Patrick Devedjian dont on peut penser ce que l’on veut a titre politique mais dont la légitimité ne parait en aucun cas questionnable…  

Mais que se passe-t-il en France aujourd’hui ? Je suis assez lucide pour savoir que le pouvoir a ses passe-droits et ses faveurs, ils ont toujours existé et il n’est ici question ni d’appartenance politique, ni de nature de régime politique pour les constater (et les déplorer).

Mais qu’aux vues de tous, pour des considérations qui ne sont même plus de l’ordre de la chose politique (dans une manœuvre d’une bassesse hideuse, dans le but de plaire au Président – car je n’ose imaginer qu’il ait lui-même demandé qu’il en soit ainsi), l’on mette a la tête de l’un des établissements les plus importants d’Europe un jeune homme dont le seul atout est d’avoir des ambitions et de porter le nom de son Père…  je crois que j’en rirais si ce n’était pas autant a pleurer !

Puisqu’il faut qu’un Blog serve a quelque chose, je prends ici l’engagement solennel, si Jean Sarkozy est nommé a la tête de l’EPAD lors de son prochain Conseil d’Administration le 4 Décembre 2009, de ne pas voter pour Nicolas Sarkozy a la prochaine élection présidentielle, ni au premier ni au second tour.
Et je vous certifie que je dépenserai toute mon énergie d’homme de droite pour convaincre tous et toutes autour de moi d’en faire autant.

Addendum, en date du 13 Octobre 2009:
Rue 89 attire notre attention avec un formidable article pour nous dire que Nicolas Sarkozy lui-meme dit notre indignation bien mieux que nous:
http://www.rue89.com/mon-oeil/2009/10/13/nicolas-sarkozy-contre-la-nomination-de-son-fils-a-lepad
Finalement, la raison reprendrait-elle ses droits ?